Le Petit Prince d’Antoine de Saint-Exupéry

IMG_20180224_090930

Résumé

J’ai ainsi vécu seul, sans personne avec qui parler véritablement, jusqu’à une panne dans le désert du Sahara, il y a six ans. Quelque chose s’était cassé dans mon moteur. Et comme je n’avais avec moi ni mécanicien, ni passagers, je me préparai à essayer de réussir, tout seul, une réparation difficile. C’était pour moi une question de vie ou de mort. J’avais à peine de l’eau à boire pour huit jours. Le premier soir je me suis donc endormi sur le sable à mille milles de toute terre habitée. J’étais bien plus isolé qu’un naufragé sur un radeau au milieu de l’océan. Alors vous imaginez ma surprise, au lever du jour, quand une drôle de petite voix m’a réveillé. Elle disait : …  » S’il vous plaît… dessine-moi un mouton !  »
– Hein!
– Dessine-moi un mouton…
J’ai sauté sur mes pieds comme si j’avais été frappé par la foudre. J’ai bien frotté mes yeux. J’ai bien regardé. Et j’ai vu un petit bonhomme tout à fait extraordinaire qui me considérait gravement.

Mon avis

On a tous une madeleine de Proust qui nous rappelle l’enfance ou nos premiers émois de lectrice. Pour moi, c’est Le Petit Prince. Je ne me rappelle pas quand je l’ai lu pour la première fois mais chaque fois que je pense au Petit Prince, ça me ramène à mon enfance car j’ai toujours eu un livre à portée de main d’aussi loin que je me souvienne.*

Je me rappelle du fameux « S’il vous plait… dessine-moi un mouton », de la Rose, du Renard apprivoisé et surtout de la disparition du Petit Prince à la fin…

Autant je n’ai pas réussi à accrocher à Alice au Pays des Merveilles en le lisant récemment autant je sais, pour l’avoir un peu lu à mes enfants, que j’accrocherais toujours au Petit Prince.

Je pense que c’est le côté poétique de l’histoire qui me plait et le côté attachant de ce Petit Prince. J’avais d’ailleurs été très émue par le dessin animé Le Petit Prince de Mark Osborne quand je l’ai vu en 2016.

Je n’en ferai pas une critique plus poussé car il faudrait que je le relise (ce que je ferais sûrement un jour) car ce livre déborde de détails et de beauté.

Conclusion

Une madeleine de Proust à déguster sans faim !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s