Les interviews de l’été N° 14 – Pauline Libersart

Titre interview

Voici le dernier numéro des interviews de l’été !

Cette année, j’ai décidé de mettre à l’honneur quelques auteur(e)s qui me suivent, que je connais et qui ont accepté de répondre à un petit questionnaire.

final-1549116560d9a152a1b442708521b822d64e765729-3

Je poursuis mes interviews avec une auteure que j’ai rencontré (encore une) au Festival du Roman Féminin.

1.   Présentez-vous en quelques phrases

Je m’appelle Pauline, je suis auteure de romance depuis presque 7 ans. J’ai publié une quinzaine de romans.

J’aime changer de style. J’ai commencé par de la romance historique, puis une histoire avec un beau militaire dans la jungle. J’ai aussi une série avec des flics (Baltimore), un hockeyeur Calliente, et dernièrement je me suis essayée à la romance fantastique.

J’aime les histoires où les héroïnes sont fortes (ou elles apprennent à le devenir). En face d’elle, il y a des héros qui ne sont pas toujours bien dans leurs baskets, mais je n’aime pas les connards ni les bad boys de pacotilles.

Donc, soit mon héros est un mec bien (Sean dans « Sous haute protection », ou Justin dans « jeux de glace »), soit c’est un dur impitoyable (Nikita dans « Nick & Sara », ou Jack « dans la ligne de tir »), mais jamais avec sa chérie.

2.   Comment êtes-vous venu à l’écriture ?

J’ai toujours écrit de petits machins qui finissaient à la poubelle. Et puis un jour, j’en ai eu marre de ne pas trouver les histoires que j’avais envie de lire. Alors je me suis lancée le défi de faire un concours, puis un autre (que j’ai gagné) et la machine a démarré. J’ai attrapé le virus et je n’ai plus arrêté depuis.

3.   Avez-vous des rituels pour écrire ?

Je m’assois à mon bureau, j’allume l’ordi, et j’écris. Ou alors je monte dans le train, j’allume mon téléphone portable sur l’appli scribbook et j’écris.

Je suis la reine de l’absence de rituel. Par contre, qu’est-ce que je peux grignoter ! Mon cher et tendre dit que mon clavier est le garde-manger d’un écureuil tellement il y a de miettes dedans.

4.   Comment vous vient l’inspiration ?

Aucune idée ! (rire)

Si je le savais, ça serait moins imprévisible. Parfois quelques notes d’une chanson, une pub, une photo, une réflexion idiote entendue dans un train, et la machine démarre.

Le plus amusant, c’est que très souvent le livre n’a strictement rien à voir avec le déclencheur.

Pour Jeux de glace, avec un hockeyeur et une patineuse, c’est la chanson de Grease qui a été la base…

5.   Quel(s) conseil(s) donneriez-vous à quelqu’un qui rêve d’écrire et d’être publié ?

Résilier l’abonnement netflix, vendre la télé et se préparer à passer des heures à bosser, en entendant la famille et les amis se plaindre que votre passion/hobby/lubie/ passade (choisissez le terme) prend trop de temps, qu’il y a des choses plus importantes/intéressantes à faire.

Donc il lui faudra le courage, la patience, l’abnégation d’un marathonien.

Ça ne fait pas envie ? sauf que c’est la vérité et qu’on est comme les marathoniens. Quand on a la passion, on ne peut pas s’en passer. On écrit tous les jours. Parfois, ça avance bien, d’autre fois, tout fini à la corbeille.

C’est le jeu.

Quant à la publication… là, c’est la jungle, il faut de la vigilance et surtout se renseigner auprès de personnes de confiance plus expérimentées. Il ne faut surtout pas se précipiter et se laisser berner par de belles promesses.

Dans l’édition, qui va piano va sano.

6.   Quel(s) est (sont) les auteurs qui vous inspirent ou vous ont donné envie d’écrire ?

Je lis énormément, mais étonnamment personne ne m’a donné l’envie d’écrire, elle a toujours été en moi. Il a simplement fallu du temps pour que j’accepte de croire que j’en étais capable.

7.   C’est l’été, alors imaginons que vous vous échouiez sur une île déserte. Quel livre souhaiteriez-vous avoir avec vous ?

Un gros cahier et un crayon pour pouvoir écrire.

J’ai une mémoire photographique, quand je lis un livre, je m’en souviens. Donc pas besoin ni envie de le relire cinquante fois.

8.   Quels sont vos centres d’intérêt en-dehors de l’écriture ?

La lecture ! Quelle surprise !

Tous les auteurs que je connais sont avant tout des lecteurs compulsifs.

J’aime aussi les voyages, et l’histoire, donc j’adore visiter les monuments, les châteaux et les musées.

9.   Avez-vous un scoop à nous fournir sur votre manuscrit en cours ou votre prochain roman à sortir ?

Guettez mon actualité. Il y a une sortie qui se profile en septembre dont je suis super fière !

Le titre et la couverture sont encore top secret, mais tout cela sera prochainement révélé !

Et en octobre, je ressors « L’homme de la Sierra » dans une version améliorée et plus aboutie. Je travaille aussi sur la suite de la saga, « les enfants de la Sierra » arriveront en 2020.

10. Vous avez quartier libre : écrivez ce que vous voulez !

C’est l’histoire d’un jeune moustique tout émoustillé par l’été qui a repéré une belle surface de peau blanche et sucrée. Partageur, il siffla tous ses cousins pour le festin.

Sur cette histoire (la plus courte que j’ai jamais écrite), je vous laisse, je vais me gratter…

Voici quelques liens pour en savoir plus sur Pauline Libersart :

Son site Internet : https://paulinelibersart.com/
Sa page auteure Facebook : https://www.facebook.com/Paulinelibersartauteure/
Son compte Instagram : https://www.instagram.com/paulinelibersart/?hl=fr

Ma chronique sur Jeux de glace, c’est par ici

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s