La vallée des oranges de Béatrice Courtot

Couverture La vallée des oranges

Résumé

Marseille, 2016
En démontant le faux plafond d’un hôtel en travaux, un ouvrier tombe sur une boîte en fer rouillée contenant les souvenirs d’une vieille dame. Magdalena. Mais que se cache-t-il derrière cette photo de mariage ?
Son arrière-petite-fille, tenancière du Café de l’Ensaïmada, une institution culinaire à Paris, décide alors de partir à la recherche de ses origines majorquines qu’elle ignorait jusqu’alors. Elle quitte son quotidien épuisant pour la douceur et le farniente méditerranéens. Dès son arrivée sur l’île, Anaïs va réveiller des secrets de famille cachés depuis des générations. Mais la tâche ne s’avère pas si facile. Miquel, le nouveau propriétaire de
l’orangeraie qui appartenait à son aïeule, ne se montre pas du tout coopérant.

Majorque, 1935
Magdalena, jeune pâtissière, confectionne chaque jour des ensaïmadas, ces brioches majorquines entortillées et saupoudrées de sucre glace. Très vite, la guerre civile espagnole frappe aux portes de son village qui devient le théâtre d’affrontements sanglants et de drames familiaux. Au péril de sa vie, Magdalena s’engage alors dans la résistance, avant de devoir s’enfuir vers la France.

Entre Majorque et Marseille, deux destins de femmes bousculées par la Guerre d’Espagne et un secret de famille, mais unies par une même passion : la pâtisserie.

Mon avis

J’ai rencontré Béatrice Courtot au Forum du Livre de Saint-Louis l’an dernier. Au départ, j’hésitais à acheter son livre, mais mon mari m’a convaincu et il a eu raison. Je suis tombée sous le charme de Majorque et de l’histoire de Magdalena et Anaïs.

On suit Anaïs dans la recherche du passé de son arrière-grand-mère originaire de Majorque. Les chapitres alternent entre présent et passé pour remonter le fil de l’histoire de Magdalena au rythme des découvertes de son arrière-petite-fille.

Anaïs est une jeune femme passionné par son Café où elle confectionne des ensaïmadas à la douce saveur de fleur d’oranger (j’en avais l’eau à la bouche). Lorsqu’un ouvrier marseillais retrouve une boîte en fer ayant appartenu à son arrière-grand-mère, elle part à la recherche de ses origines et fait la connaissance notamment du beau Miquel qui exploite une orangeraie sur l’île de Majorque.

Miquel est méfiant au premier abord ce qui le rend un peu rustre avec Anaïs, mais très vite, il va s’ouvrir et aider la jeune femme à comprendre l’histoire de son arrière-grand-mère.

L’auteure décrit magnifiquement l’île de Majorque. J’ai maintenant une terrible envie d’aller y faire un tour 😉 Elle nous entraîne aussi au cœur de la guerre civile espagnole sur cette petit île des Baléares. Encore une part d’Histoire que je connaissais très peu et que j’ai adoré découvrir.

L’écriture de l’auteure est prenante et passionnée. Elle glisse même quelques recettes de famille en tête de certains chapitres.

Conclusion

Une passionnante histoire de famille au cœur de la guerre civile espagnole et de la belle île de Majorque. Un coup de cœur pour moi !

Quelques mots sur l’auteure

Béatrice Courtot est diplômée en droit et en sciences politiques. Elle a travaillé au lancement d’un réseau d’entreprise pour la mixité femmes-hommes. En 2018, son premier roman La vallée des oranges est récompensé par le Prix du Livre Romantique des éditions Charleston. Engagée sur des sujets d’égalité de genre, elle souhaite transmettre de précieux conseils aux femmes désireuses de se réinventer dans leur travail.

Extrait du site des éditions Leduc

Un petit extrait pour finir…

« Quel parfum ! Quel parfum ! » Ces seuls mots me rendaient rouge de plaisir ou peut-être de fierté. Je savais que c’était la fleur d’oranger qui me valait ce compliment. Les oranges, que mon père cultivait de génération en génération, étaient indispensables pour réaliser ma passion. À vrai dire, elles étaient mes fidèles complices chaque jour. Cette fameuse ensaïmada que mes clients savouraient si avidement était délicieusement enroulée comme un ruban d’une couleur dorée à faire pâlir le soleil, à peine embrumée d’un léger voile de sucre glace.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s